Dans quels pays et secteurs investir en 2023 pour combattre l'inflation ?

Dans quels pays et secteurs investir en 2023 ?

L'inflation des prix atteint aujourd'hui des taux records : voici le top 5 des meilleurs placements pour investir en 2023.

Au cours des 3 dernières années, j'ai accompagné plus de 120 clients dans la mise en place de leur stratégie d'investissement et de rémunération. En moyenne : +32 000€ par an (+35%), et jusqu’à +78 000€ par an (+68%).

Vous souhaitez étudier vos options ? Réservez votre consultation offerte avec moi dès maintenant.

Un contexte économique moteur de l'inflation

Contexte actuel

Aujourd’hui le contexte international pousse à nous préoccuper de la hausse de l’inflation : l’aire post-covid marquée par la guerre en Ukraine déstabilise pleinement l’ordre écono-mique mondial, ce qui complexifie largement l’activité des investisseurs.

L’inflation atteint aujourd’hui des taux records (4.8% selon l’INSEE), face à cette crise de l’inflation les regards sont tournés vers les banques centrales afin de savoir quelles mesures vont-elles mettre en place pour faire face à cette crise ?

Ces mesures modifieront grandement l’ordre de l’investissement : dans cet environnement, prévoir une stratégie d’investissement pour faire face à cette dérégulation semble primordial.

Stagflation et inflation :  qu’est-ce que c’est ?

L’inflation monétaire est caractérisée par l’augmentation de la masse fiduciaire d’une monnaie, si la masse fiduciaire excède le nombre de ressource présentes sur le marché alors un décalage se crée.

Ce décalage a pour conséquence l’augmentation générale des prix des biens de consommation : ce phénomène est appelé l’inflation des prix.

Toutefois, ce schéma n’est pas inéluctable, parfois une très forte présence de ressource peut compenser une augmentation de la masse fiduciaire et donc empêcher ce décalage. Ainsi, l’inflation monétaire n’implique pas nécessairement l’inflation des prix.

Aujourd’hui, en revanche, ce schéma s’applique et fait croitre l’inflation des prix à des taux jamais constatés auparavant. Le phénomène de stagflation survient lorsqu’il y a une rupture entre une inflation très élevée et une croissance économique globale très faible.


Comment dans un environnement de stagflation et d’inflation peut-on mettre en place une stratégie d’investissement ?


Analyse des conséquences de l’inflation sur l’investissement

Les obligations et actions souffrent énormément d’un environnement inflationniste, en effet le principe même de l’obligation est fondé sur la valeur d’une monnaie, or en période d’inflation la valeur des monnaies décroit fortement ; c’est le principe même de l’inflation.

De plus, une monnaie instable limite la capacité de planification des entreprises, le rapport entre rentré d’argent (revenus) et sorti d’argent (dépenses) devient difficile à planifier pour les entreprises ; ces éléments rendent difficile l’investissement dans les obligations et les actions en raison d’une incertitude globale qui règne à la fois sur la valeur des monnaies mais aussi sur la santé économique des entreprises.

Il est néanmoins important, de noter que dans un environnement inflationniste, toutes les actions ne sont pas à considérer de la même manière ; certaines actions que nous étudierons dans la suite de cet article ont tendance à mieux résister que d’autre au phénomène d’inflation.

A l’inverse des actions et obligations, les produits industriels de base comme le pétrole ou le cuivre tirent profit des tendances inflationnistes.

Ce constat s’explique simplement en étudiant le principe même du phénomène inflationniste. L’inflation provoque une augmentation globale des prix et donc une augmentation des prix de ces produits industriels de base.

Or, ces produits sont nécessaires à l’activité industrielle, la demande demeure élevée ce qui en fait des biens qui se rarifient et dont le prix ne fait que croitre en flèche. Il faut tout de même se méfier ; dans un tel environnement il est possible que l’ensemble des prix des biens soit soumis à une volatilité très importante.

Cette volatilité représente un risque qu’il est important de mesurer pour les investisseurs. Face à cette volatilité l’or semble faire exception, historiquement l’or a tendance à se maintenir relativement bien dans un contexte de forte variation des prix, aussi bien en inflation qu’en stagflation.

Ainsi, l’investissement pendant la stagflation semble relativement délicat par la dérégulation qu’il s’opère dans un tel environnement mais aussi par la volatilité générale des prix.

L'investissement face à l'inflation

Inflation et dépréciation des monnaies

La stagflation peut pousser à reconsidérer notre activité d’investissement. Comment pouvons-nous faire face à cet environnement et s’en protéger ?

L’immobilier semble être une bonne option de protection contre les phénomènes d’inflation et de stagflation. L’inflation par le principe de dépréciation de la monnaie qu’elle provoque engendre une augmentation des prix. Les biens immobiliers ont historiquement suivi cette tendance d’augmentation des prix.

Le graphique ci-dessous montre bien la corrélation qu’il existe entre le prix de l’immobilier et l’inflation. De plus, on remarque la tendance haussière des prix de l’immobilier depuis 2020, date d’accélération de la crise actuelle de l’inflation.


Augmentation des prix du logement neuf et donc de l’ancien

L’inflation provoque également une augmentation des prix des logements neufs en raison d’une augmentation des prix des matières premières du type PVC, bois, cuivre… selon l’Insee (voir graphique). Or, on observe qu’il n’y pas de rupture dans ce contexte entre les prix des biens immobiliers neufs et anciens.

En revanche on assiste à un rééquilibrage des prix de telle sorte que la hausse des prix des biens neufs provoquée par l’augmentation des prix des matières premières finit par se répercuter sur le prix de l’ancien ce qui se traduit par une augmentation générale et globale du prix des biens immobiliers.


Indices de prix de productionde quelques matériaux

Source : www.caissedesdepots.fr

Il est clair ici que l’inflation provoque une augmentation des prix des matières première significative. Cette augmentation se traduit par une hausse des prix des immeubles neufs. Le graphique suivant montre la corrélation qu’il existe entre les prix des immeubles neufs et anciens ce qui appuie le propos tenu dans le paragraphe précédent.

Source : www.caissedesdepots.fr





Inflation : les conséquences sur la demande

La demande dans un contexte inflationniste peut se voir stimulée et donc croitre. En période d’inflation, la dépréciation de la monnaie provoque parfois une augmentation des salaires ; or si cette augmentation est accompagnée d’une stabilité des taux de crédit à l’habitat, alors l’inflation provoque une augmentation de la demande sur le marché des biens immobiliers.

Cette augmentation de la demande se traduit par une augmentation générale des prix des biens immobiliers. Toutefois, il faut faire preuve de vigilance sur ce point car la stabilité des taux de crédit à l’habitat n’est pas toujours vérifiable, tout comme l’augmentation des salaires. De ce fait, la situation peut très bien dans ce contexte s’avérer néfaste pour l’immobilier, avec une baisse de la demande et donc une baisse des prix. Ceci aurait pour effet de détourner les investisseurs des actifs immobiliers pour d’autres actifs faisant ainsi croitre la chute des prix des immeubles.


L’immobilier : la sécurité face à l’inflation ?

La pertinence d’un investissement immobilier se mesure en grande partie par le rendement qu’il génère. Lorsqu’on parle de rendement pour un actif immobilier on parle de loyer.

Les loyers fonctionnent de la manière suivante : ils suivent les courbes de l’indice de référence des loyers, et sont indexés sur l’indice des prix de consommations (hors loyers et tabac).

De ce fait, les loyers vont augmenter mécaniquement impulsés par le processus d’inflation. L’immobilier possède donc une sécurité naturelle en termes de rendement contre l’inflation, ce qui en fait un investissement judicieux pour se protéger de l’inflation.

Vous souhaitez échanger à propos de votre stratégie d'investissements immobiliers ? Réservez votre consultation offerte avec moi dès maintenant.


La diversification du portefeuille par l’achat d’actions : une solution ?

L’immobilier est-il le seul moyen pour faire face à l’inflation ? En réalité, ce n’est pas le cas au contraire, faire face à l’inflation nécessite de diversifier son portefeuille d’actif afin de palier à la volatilité des prix sur les différents marchés.

Dans ce climat, l’investissement en action peut apparaitre comme une bonne solution si on étudie attentivement la nature de ces actions.

Nous avons vu dans un premier temps que les actions dans leur globalité ont tendance à souffrir dans un environnement inflationniste. Cependant, il existe certaines exceptions ; des entreprises qui pourraient très largement tirer parti de ce climat inflationniste et s’imposer en grand vainqueur de cette crise.


Les actions à faible valorisation

Une solution peut être d’acquérir des actions d’entreprise qui ont une faible valorisation. En effet, la faible valeur des actions risque de les maintenir à flot en cas d’inflation car il y a peu de chances qu’elles soient vendues, les actions seront d’autant plus intéressantes si elle concerne une entreprise capable malgré le contexte inflationniste de connaitre une phase de croissance ; c’est le cas par exemple, si l’entreprise bénéficie d’un marché porteur, qui lui permet de connaitre une croissance malgré le contexte d’inflation.

La faible valorisation des actions et le potentiel de croissance du business en font un très bon investissement pour faire face à l’inflation.


Les entreprises des pays à forte devise

Il peut aussi être intéressant de détenir des actions dans un pays ou la devise est « forte », c’est-à-dire moins en proie à l’inflation.

Partons du principe que l’inflation est globale et qu’elle touche l’ensemble des pays du monde. Il existe des zones qui seront moins touchées par l’inflation que d’autres.

C’est par exemple le cas de Nouvelle Zélande, de l’Australie ou de Singapour. Ceci est possible grâce à une devise qui est « forte » dans ces pays. De ce fait, investir dans des entreprises originaires de ces régions du monde nous assure une certaine stabilité face à l’inflation.

De ce point de vue, ces entreprises constituent un bon moyen de faire face à une inflation globale et internationale.

Comme précédemment, le choix d’investissement ne se résume pas à la localisation géographique d’une entreprise ; toutes les entreprises australiennes ne sont pas de bons investissements en revanche une entreprise australienne avec un potentiel de croissance malgré l’inflation est un très bon investissement.


Les entreprises minières

Détenir des actions d’entreprises exploratrices de matières premières semble également être un investissement pertinent.

Alors que lors des dernières crises inflationnistes ce sont les sociétés d’extraction pétrolière qui sont sortis gagnantes ; la conjoncture actuelle fait que les investisseurs se désintéressent peu à peu de ces entreprises.

L’avènement de la finance responsable pousse les investisseurs à s’écarter de ces industries polluantes, ainsi investir dans ce type d’entreprise ne serait pas bien venu. En revanche, l’investissement dans les sociétés d’exploration minière représente un bon investissement.

Cette industrie est au cœur de l’économie mondiale comme l’était l’industrie du pétrole lors des précédentes crise inflationniste c’est pourquoi l’investissement dans les entreprises minières semble judicieux aujourd’hui.

Les actions des sociétés de redevance

L’investissement dans des royalties, ou sociétés de redevance en français, pour faire face à l’inflation est pertinent. Le fonctionnement des sociétés de redevance est le suivant : ce sont des entreprises qui investissent dans des sociétés de différents secteur, ce qui permet de financer ces dernières.

En contrepartie les royalties perçoivent une rémunération fondée sur une partie des ventes des entreprises financées. Par conséquent, ce système de rémunération permet de faire face plus aisément à l’inflation, ce qui fait de ces sociétés de bons investissements contre l’inflation.


Le secteur du luxe et de l'agroalimentaire

Historiquement, les entreprises du secteur du luxe résistent bien aux crises de l'inflation. En effet, ces sociétés répercutent la hausse des prix sur le prix de leurs produits finis. Leurs ventes restent stables voir augmentent (comme lors de la crise de la covid-19).

Ceci est rendu possible par le fait qu'elles possèdent une clientèle aisée qui accepte relativement bien l'augmentation des prix.

Le constat est le même pour les sociétés de l'agroalimentaire.

Ces sociétés répercutent la hausse générale des prix des matières premières par une augmentation des prix des produits finis. Etant des produits alimentaires, nécessaire à la clientèle, cette dernière se voit obligée d'accepter l'augmentation des prix.

Ainsi, ces sociétés en période de crise ne voient pas leurs ventes chuter. En ce sens les sociétés de ces deux secteurs peuvent être de bons investissements.

Les foncières côtées

Une autre solution peut être d’investir dans les foncières, en effet elles fondent leur activité sur un ensemble de bien immobilier.

Si l’investissement dans cet ensemble s’est effectué à taux fixe et que par le processus d’inflation la foncière parvient à augmenter ses loyers alors sa dette va s’effacer à grande vitesse et elle va voir ses revenus et sa croissance grimper rapidement.

Ce mécanisme est possible grâce à l’inflation qui crée une rupture entre la valeur de la devise au moment de l’emprunt et celui du remboursement. En effet un taux d’emprunt fixe à 3% perd de la valeur en même temps que l’inflation augmente.

Ce principe est le même que pour l’investissement de particulier dans l’actif immobilier, si on investit dans un bien immobilier avec un taux fixe et qu’on parvient soit à augmenter son loyer soit à augmenter son salaire alors on rembourse notre emprunt très rapidement.

L’étude historique de l’inflation nous pousse tout de même à rester vigilant lorsqu’on investit dans les foncières. En effet, la crise inflationniste que nous traversons s’apparente à celle que le monde a connu en 1970, voire dans les années 40 or à cette époque les foncières ont très mal survécu à l’inflation.

En revanche, les choses ont légèrement évolué, les mentalités ne sont pas comparables à celles des années 70, aujourd’hui on a tendance à penser que l’inflation n’est pas une fatalité qui va s’installer dans le temps.

De même, lors de la crise de 2008 certaines foncières ont énormément souffert.

En effet, ce sont des sociétés très sensibles à la hausse des taux d'intérêts or, aujourd'hui le FED et la BCE tendent à poursuivre leurs politiques d'augmentation des taux d'intérêts pour faire face à la crise.

De ce point de vue, les foncières représentent de bon investissement sur le long terme, mais qui ne sont pas sans risque.

Conclusion

Face à un contexte de plus en plus inflationniste, l’investissement dans l’actif immobilier permet aux investisseurs une certaine protection.

Néanmoins, le risque inflationniste persiste, la conjoncture laisse penser qu’un ralentissement global de l’activité autour de l’investissement immobilier est envisageable.

Ce ralentissement ne sera en revanche pas un effondrement, ainsi en étudiant précisément la situation, le marché, l’inflation et ses caractéristiques il est possible de réaliser des investissements gagnant fondés sur les actifs immobiliers.

Toutefois, il est nécessaire de garder à l'esprit que l'investissement immobilier est très dépendant des taux d'intérêt, or le contexte actuel pousse le FED et la BCE à augmenter de manière significative ses taux.

Ainsi, l'immobilier peut représenter un bon investissement mais seulement sur le long terme, de plus c'est un investissement qui présente de nombreux risque en raison de sa dépendance aux politiques de la BCE et de FED.

L’incertitude étant tout de même présente une diversification de son portefeuille d’actif reste la meilleure option, en effet il est clair que certaines entreprises sortiront grandes gagnantes de cette situation inflationniste, l’enjeu pour les investisseurs est donc de déterminer quelles seront ces entreprises.

La situation actuelle nous laisse penser que les entreprises minières, les foncières, les entreprises originaires de pays à forte devise, les entreprises à faible valorisation, les royalties, … ont un fort potentiel, pour résister au mieux au processus inflationniste.

Ce sont des investissements qui constituent une bonne manière de se protéger de l’inflation.

Toujours est-il que l’enjeu majeur est de réussir à trouver une opportunité, une entreprise qui réponde aux nombreuses exigences qu’impose l’inflation, la volatilité des marchés à cette période impose une rigueur dans la rechercher et l’étude la situation.

Vous souhaitez en discuter de vive voix ? Réservez votre consultation offerte avec moi dès maintenant.

Pour aller plus loin, consultez mon guide sur l’investissement, ou les articles suivants :

Vous pouvez également lire mon article sur comment payer moins d'impôts en 2023.

Cet article vous a plu ?
Vous pouvez aller plus loin en réservant un appel pour vous aider à optimiser votre situation

Retrouvez-moi sur LinkedIn

4.9/5
consultation gratuite
Recevez 5 exemples d'optimisation fiscale
Pour réaliser +27k€ d'économie annuelle
Recevoir les exemples
8000 personnes reçoivent déjà mes conseils
Réservez un bilan patrimonial offert
Pour découvrir la stratégie patrimoniale la plus adaptée.
Réserver
En moyenne + de 400k de patrimoine additionnel pour mes clients.