Quels sont les différents types de Holding ? Définitions, Avantages et Inconvénients

Société holding : pour quelle forme opter ?

Vous avez le choix entre différentes formes de holding : holding de rachat, holding financière, holding familiale, holding bancaire... Mais pour quelle forme opter ? Noun Partners vous dit tout.

La holding, terme emprunté au mot anglais « hold » qui signifie « détenir », en l’occurrence des actions et des sociétés, est une forme juridique de société vers laquelle s’orientent de plus en plus d’entrepreneurs français. Et pour cause, la société holding s’accompagne bien souvent de très nombreux avantages, aussi bien d’un point vu financier, fiscal, juridique ou même organisationnel.

La société holding permet, en effet, de rassembler la prise de décision et la gestion financière de plusieurs entreprises au sein d’une même entité. Si l’on associe traditionnellement les holdings aux grands groupes et autres entreprises internationales, il faut savoir qu’il ne faut pas forcément détenir des sociétés chiffrées à plusieurs dizaines de millions d’euros pour se lancer dans ce montage.

En effet, la holding s’adresse également aux petits entrepreneurs, qui souhaitent alors bénéficier des avantages qu’apporte le montage en holding pour se développer. Il existe, à ce jour, de très nombreuses formes de holding, chacune possédant ses avantages, mais aussi ses inconvénients. Mais alors, quelles sont les différentes formes de holding ? Et comment savoir pour quelle forme opter ? Noun Partners fait le point.

Qu’est-ce qu’une holding ?

Une société holding, également connu sous le nom de société faîtière en Suisse ou sous le nom de société de portefeuille en Belgique et au Canada, est une société qui a pour vocation de réunir des actions et des participations dans diverses entreprises et autres sociétés. La société holding se charge alors de gérer et d’assurer une unité de direction sur les sociétés qu’elle contrôle via ses participations.

D’ailleurs, le terme « holding » nous vient directement du mot anglais « hold », qui signifie littéralement « détenir » des actions et des sociétés. Son principe de fonctionnement est relativement simple : c’est, en effet, en sa qualité d’actionnaire majoritaire que la holding possède le droit, et le devoir, d’assurer la direction de ses sociétés « filles ». La holding se charge alors de prendre les décisions de direction de ces sociétés.

Bien souvent, la holding est considérée comme une « société mère » : elle gère ainsi une multitude de sociétés « fille », qu’elles soient nationales ou internationales. Cela permet à la holding de contrôler ces sociétés, sans pour autant apparaitre comme en étant la dirigeante.

Que lui apporte ce statut de « société mère » ?

La holding peut alors effectuer de très nombreuses actions de contrôle sur ses sociétés filles, en les gérant, mais aussi en organisant des levées financières ou en organisant des placements au sein de celles-ci.

Généralement, une holding se spécialise dans un secteur d’activité bien particulier. Cependant, certaines holdings peuvent intervenir dans de nombreux secteurs d’activité, comme c’est le cas de LVMH ou de Vivendi en France. Dans ce cas de figure, la vocation de la holding est purement financière et gestionnaire.

Quelles sont les différents types de holding ?

Il existe, en France et dans le monde, de très nombreuses formes de holding, chacune présentant ses avantages et ses inconvénients.

À ce titre, il est indispensable, lorsque l’on se lance dans ce type de montage, d’identifier les différentes formes de holding existantes, et ce, pour faire le choix de la forme qui conviendra le mieux à son activité et à ses objectifs. Aujourd’hui, les principales formes de holdings existantes sont les holdings de rachat, les holdings financières, les holdings familiales, les holdings bancaires, les holdings passives, les holdings actives et les holdings personnels.

Pourtant, il n’est pas toujours évident de connaitre précisément les avantages et les inconvénients de chacune de ces formes de holding. Noun Partners revient sur chacune de ces formes de holding.

A noter : ces différents types de holding sont distincts des formes juridiques possibles pour une holding.

Qu'est-ce qu'une holding de rachat ?

La société holding de rachat est, comme son nom l’indique, une forme de holding fréquemment utilisé par les entrepreneurs souhaitant racheter une ou plusieurs sociétés opérationnelles.

En pratique, il s’agit d’un montage particulièrement intéressant permettant de profiter d’un effet de levier financier et fiscal. En effet, la création d’une holding pour le rachat d’une société permet de faciliter la souscription à un emprunt bancaire afin de financer le rachat d’entreprise.

Le principe de fonctionnement de la société holding de rachat, également connue sous le terme un peu plus technique de LBO (Leverage Buy Out), est relativement simple : une société holding est créée par le repreneur de la société, et celui-ci apporte un certain capital qu’il sera prêt à investir dans l’opération d’acquisition de la cible.

La différence entre le capital apporté et le montant du rachat de la société cible sera alors complétée par un emprunt sollicité auprès d’une ou de plusieurs banques. Ce seront alors les bénéfices de la société opérationnelle qui permettront de rembourser l’emprunt contracté par la société holding.

Les avantages de la holding de rachat

En plus des avantages traditionnels de la société holding (régime mère-fille, le régime de l’intégration fiscale, avantages financiers, fiscaux et juridiques, etc.), la holding de rachat possède un avantage majeur d’un point de vue financier. En effet, la société holding de rachat permet de profiter d’un levier financier dans les opérations d’acquisition d’entreprise.

Ce levier financier est un mécanisme propre à cette forme de holding qui permet alors d’accroitre la rentabilité et le retour sur investissement des capitaux investis lors du rachat de la société opérationnelle.

En d’autres termes, cela permet à l’investisseur d’investir dans une société dont la rentabilité économique et financière est supérieure au taux d’emprunt de l’emprunt contracté pour acquérir la société en question.

Les inconvénients de la holding de rachat

La société holding de rachat présente cependant certains inconvénients qu’il convient d’apprécier avant de se lancer dans ce type de montage.

Tout d’abord, la holding de rachat suppose une multiplication des structures, et donc des coûts opérationnels et administratifs inhérents. S’ajoute également l’obligation d’engager deux commissaires aux comptes pour encadrer la comptabilité de la holding.

Par ailleurs, la société holding par rachat peut fragiliser les finances de la holding elle-même. En effet, la dette contractée par la holding pour le rachat de la société ne peut être remboursée que par la distribution des résultats acquis par la société en question. À ce titre, il est indispensable que la société ainsi acquise jouisse d’une santé économique et financière stable.

La fiscalité de la holding de rachat

En plus de profiter d’un levier financier pour ses opérations d’acquisition d’entreprise, la holding de rachat permet de profiter d’une fiscalité particulièrement intéressante.

En effet, cette solution permet alors d’exonérer d’impôts la remontée des dividendes avec le régime mère-fille et de réduire considérablement les impôts de sa holding grâce au principe de l’intégration fiscale.

Ces mécanismes permettent alors de réduire son imposition en évitant toute double imposition, tout en imputant les intérêts d’emprunt directement sur le résultat de la holding.

Qu'est-ce qu'une holding financière ?

La société holding financière est sans aucun doute l’une des formes de holding les plus courantes aujourd’hui, en France et dans le monde.

Par définition, la holding financière est une société qui a pour objet l’acquisition, la détention et la gestion de participations et d’action au sein d’autres entreprises et d’autres sociétés, que l’on appelle plus couramment filiale ou « sociétés filles ».

La société holding se limite alors à détenir des actions et des parts dans d’autres entreprises, et d’en assurer ainsi le contrôle et la prise de décision, en sa qualité d’actionnaire majoritaire.

Les avantages de la holding financière

La création d’une holding financière permet de profiter de très nombreux avantages. La possibilité de conclure des conventions de trésorerie est sans aucun doute l’un des principaux avantages qu’apporte cette forme de holding.

En effet, la société holding financière permet de centraliser la gestion des trésoreries de ses différentes sociétés de filles et de prélever ainsi des fonds auprès des filiales bénéficiaires pour les redistribuer auprès des sociétés en difficultés financières. Cette forme permet également d’accorder directement des prêts aux différentes filiales de la holding.

À cela, la holding financière permet d’augmenter considérablement ses capacités d’emprunt, et d’en négocier des conditions particulièrement avantageuses. En effet, cette forme de holding possède plus de poids qu’une seule entreprise ou qu’une personne physique.

La holding financière permet également de dégager directement des revenus grâce aux « management fees » versés par la filiale à la holding en contrepartie des services administratifs et de gestion rendus.

Les inconvénients de la holding financière

La holding financière peut cependant présenter certains inconvénients. En effet, il sera obligatoire de faire appel à deux commissaires aux comptes pour les comptes consolidés, ce qui peut entrainer des frais importants.

À cela s’ajoute le fait que la holding financière est sûrement l’une des formes de holding la plus complexe en terme fiscal et juridique. Si la holding financière permet alors de profiter de très nombreux leviers d’optimisation fiscale, il sera bien souvent indispensable de se faire accompagner par des professionnels pour éviter tout risque de sur optimisation, ce qui se solderait par un éventuel redressement fiscal. C’est notamment le cas des « management fees ».

La fiscalité de la holding financière

Cette forme de holding permet également de profiter de deux avantages d’un point de vue de la fiscalité.

C’est notamment le cas du régime mère-fille, qui permet d’être exonéré de 95 % des produits de participation reçus de ses filiales et de l’intégration fiscale qui permet de compenser les bénéfices et déficits de ses sociétés filles (pour réduire l’imposition des bénéfices réalisés). Dans ce cas de figure, seule la holding est redevable de l’impôt sur les bénéfices.


Qu'est-ce qu'une holding familiale ?

Comme toute autre holding, la holding familiale est une société dont l’objet est de détenir des parts sociales, des participations ou des actions dans un ou plusieurs sociétés « filles », à la seule différence que les différents actionnaires de la holding sont tous membres d’une même famille.

C’est aujourd’hui la forme de holding la plus couramment choisie par ceux qui souhaitent conserver un patrimoine et un capital au sein d’une seule et même famille. À ce titre, l’on parle très souvent de « micro-holding familiale ».

Cette forme de holding permet bien généralement d’appliquer une politique commune pour l’ensemble du groupe de sociétés et de faciliter la transmission de l’entreprise familiale à un successeur.

Les avantages de la holding familiale

La holding familiale présente une pluralité d’avantage, aussi bien d’un point de vue de sa gestion que d’un point de vue fiscal, économique et financier.

Cependant, le principal avantage de la holding familiale est la facilité du dispositif de transmission qu’elle apporte. En effet, la holding familiale permet de réduire les montants des droits de succession ou de donation. Cet aspect permet alors de conserver la holding au sein de la même famille. Le plus souvent, ce mécanisme repose sur un pacte réalisé entre les différents actionnaires de la holding. Les droits de mutation sont alors à titre gratuit entre les différents membres de la holding, et ce, à condition que les titres fassent l’objet d’un engagement de conservation.

À cela s’ajoute une facilité dans la prise de décision de la holding. En effet, la holding familiale permet de mettre en place un fonctionnement personnalisé : les membres peuvent décider, à leur convenance, des règles de décisions. Il s’agit, à ce titre, d’un excellent moyen d’assurer le contrôle familial sur plusieurs sociétés en y interposant une holding familiale.

Les inconvénients de la holding familiale

À l’image des autres formes de holding, la holding familiale peut entrainer des frais supplémentaires, notamment au niveau de la gestion de la société ou du recours à deux commissaires aux comptes afin de tenir des comptes consolidés.

À cela s’ajoute le fait qu’il n’est pas possible de déduire la TVA des dividendes engendrant un revenu d’encaissement unique.

Finalement, la holding familiale possède un mode de fonctionnement spécifique en cas d’apports de titres. Ces dernières ne peuvent pas profiter d’une réduction d’impôt, et doivent ainsi être remboursées au fisc.

La fiscalité de la holding familiale

La fiscalité de la holding familiale est particulièrement intéressante dans le sens ou elle permet de profiter d’un effet de levier fiscal, en limitant la charge liée aux dividendes. La taxation des quotes-parts est limitée à 5 % par exercice annuel.

À cela, la taxe sur la plus-value associée à la cession gratuite des titres des sociétés filles est plafonnée à 4 % si la cession est réalisée passé deux ans de détention.

S’ajoutent à cela les avantages traditionnels qu’apporte la holding, notamment au niveau des mécanismes mères-filles et de l’intégration fiscale.

Qu'est-ce qu'une holding bancaire ?

La holding bancaire est une forme de holding qui n’est pas particulièrement courante dans l’Hexagone. On retrouve d’ailleurs cette forme de holding davantage aux États-Unis.

La holding bancaire, également connue sous le nom de société de portefeuille bancaire, est une société qui contrôle une ou plusieurs banques, mais qui ne s’engage pas nécessairement dans la banque elle-même.

À ce titre, cette forme de holding permet de contrôler et de gérer plusieurs banques, via des participations ou des actions prises au sein de celle-ci. Il s’agit d’une forme de holding qui se rapproche de la holding financière.

Les avantages de la holding bancaire

Cette forme de holding possède tous les avantages des holdings dites traditionnelles. En effet, elle permet de profiter des nombreux mécanismes en matière fiscale, juridique, financière et organisationnelle.

Aujourd’hui, le principal avantage de la holding bancaire est que cela facilite la levée de capitaux pour l’entreprise qu’en tant que banque traditionnelle. Ce type de société permet également d’assumer la dette de certains actionnaires, d’emprunter plus facilement de l’argent, d’acquérir plus facilement d’autres banques et d’émettre plus facilement des actions.

La holding bancaire permet, contrairement aux autres formes de holding, de racheter ses propres actions.

Les inconvénients de la holding bancaire

La holding bancaire présente cependant certains inconvénients, notamment en raison de proximité immédiate avec le domaine financier et économique. En effet, la holding bancaire est particulièrement sensible aux crises financières et aux crises économiques.

Cela s’est vu notamment aux États-Unis lorsque de nombreuses holdings bancaires ont souffert des emprunts toxiques gérés par certaines de leurs filiales. À cela s’ajoute le fait que les holdings bancaires disposent de très nombreux actionnaires, ce qui peut ralentir la prise de décision concertée entre ces derniers.

La fiscalité de la holding bancaire

La fiscalité de la holding bancaire est en tout point identique aux autres formes de holding, À ce titre, cette forme de holding permet de profiter d’une exonération de l’impôt sur les sociétés et de profiter du régime mère-fille et de l’intégration fiscale.

Elle permet également de profiter des avantages fiscaux lors de la cession des titres et des avantages au niveau des impôts sur le revenu et sur la fortune.

Qu'est-ce qu'une holding passive ?

Le terme de holding passive désigne une certaine forme de holding dans sa manière de fonctionner. Il s’agit d’une holding dont l’activité se limite à la détention de participations, de parts sociales et d’actions dans plusieurs sociétés, sans que celle-ci n’intervienne dans la gestion des sociétés ainsi détenues.

Ainsi, comme son nom l’indique, la holding est de ce fait passive : elle ne fait qu’exercer ses prérogatives d’actionnaire, en votant notamment à l’occasion des assemblées générales ou en percevant les dividendes auxquels elle a droit.

Ce type de holding s’oppose aux holdings actives et aux holdings animatrices. La holding passive n’a pas vocation à animer un groupe ou à rendre des services à ses filiales.

Les avantages de la holding passive

Les avantages de la holding passive sont nombreux. En effet, cette forme de holding permet d’accéder aux nombreuses possibilités qu’apporte la holding, telle que l’accès au régime mère-fille ou au régime d’intégration fiscale, sans pour autant avoir à supporter les inconvénients relatifs à la gestion des sociétés filles, inhérente le plus souvent à la holding.

À cela, elle permet la simplification et la réduction des coûts de transmission des titres, la mise en place des conventions de trésorerie et permet d’améliorer sa capacité d’emprunt.

Son principal avantage réside dans le fait qu’elle n’intervient, à aucun moment, dans la gestion de ses sociétés filles.

Les inconvénients de la holding passive

Si la holding passive possède certains avantages, il convient de souligner qu’elle possède également certains inconvénients, du fait même que certains avantages fiscaux sont réservés aux holdings actives ou animatrices.

Ainsi, l’on peut souligner une absence de réduction de l’impôt sur le revenu et d’une absence de réduction de la plus-value à l’occasion d’une cession de titre.

À cela s’ajoute le fait qu’il n’est pas possible de profiter d’une déduction de la TVA sur les achats de biens et services et qu’il n’est pas possible de bénéficier d’un abattement à hauteur de 75 % sur les mutations des droits à titre gratuit.

La fiscalité de la holding passive

Les avantages au niveau fiscal, pour la holding passive, sont ceux du régime mère-fille et du régime d’intégration fiscale.

Cependant, si la holding passive ne permet pas de bénéficier des avantages fiscaux accordés aux holdings actives, les propriétés immobilières de la holding passive ne rentrent pas dans le calcul de l’impôt sur la fortune immobilière (IFI).

Qu'est-ce qu'une holding active ?

Comme son nom l’indique, la holding active possède bel et bien certaines prérogatives associées à sa nature de holding. Cette forme de holding a, par définition, une activité d’animation et de prestations auprès des sociétés dans lesquelles elle possède des participations et des actions.

À ce titre, la holding active s’implique dans la conduite et la gestion des sociétés filles. Elle participe ainsi activement à la politique entreprise au sein de celles-ci et peut même rendre certains services bien spécifiques, tels que des services de gestion, des services administratifs, ou même des services financiers.

Ce type de holding se retrouve également sous le nom de holding animatrice. Attention : il n’est pas indispensable de s’impliquer dans l’animation de toutes ses filiales pour être considérée comme une holding active.

Les avantages de la holding active

Les avantages de la holding active sont nombreux, en raison notamment de l’influence que possède la holding dans la gestion des affaires de certaines ou de la totalité de ses filiales. Il s’agit en effet de la forme de holding qui permet de profiter du plus grand éventail d’avantages, aussi bien au niveau fiscal, financier, administratif ou organisationnel. Il s’agit, sans aucun doute, d’une des formes de holding la plus complète.

Elle permet de bénéficier des avantages fiscaux relatifs au régime mère-fille et permet d’opter pour un régime d’intégration fiscale.

Elle peut également bénéficier des avantages fiscaux dont la holding passive ne peut profiter.

Les inconvénients de la holding active

Peu d’inconvénients accompagnent la création d’une holding active. En effet, cette forme permet de profiter de la quasi-totalité des avantages liés aux holdings.

Cependant, il convient de souligner que cette forme s’accompagne le plus souvent de frais associés à la gestion de ses différentes filiales. Cet aspect n’est pas à prendre à la légère, car il peut sensiblement augmenter les frais de la holding en question. Cependant, ces services sont le plus souvent rétribués au moyen de « management fees ».

La fiscalité de la holding active

La holding active permet de profiter de très nombreux avantages fiscaux, comme par exemple l’exonération de l’impôt sur le revenu et la réduction de l’impôt sur la plus-value à l’occasion d’une cession de titre.

À cela s’ajoute le fait qu’il est possible de profiter d’une déduction de la TVA sur les achats de biens et services et d’un abattement à hauteur de 75 % sur les mutations des droits à titre gratuit.

Certaines obligations sont cependant de mise, comme le paiement de la CFE.

Qu'est-ce qu'une holding personnelle ?

Si la holding est, dans la très grande majorité des cas, gérée par plusieurs actionnaires, elle peut aussi très bien l’être par une seule et même personne. C’est ce que l’on appelle une holding personnelle.

La holding personnelle désigne alors une holding dirigée par une seule personne. Elle se distingue des autres types de holding, qui sont gérés par plusieurs personnes ou plusieurs actionnaires.

Il s’agit d’une forme de holding qui permet ainsi de centraliser le pouvoir décisionnel et d’avoir le monopole de la politique de sa holding et des différentes filiales qui y sont associées.

Les avantages de la holding personnelle

La holding personnelle présente les mêmes avantages que les autres types de holding, en permettant notamment l’optimisation de la gestion d’un groupe d’entreprises et de sociétés.

Parmi les principaux avantages de la holding personnelle, on retrouve notamment le partage des coûts de gestion des différentes filiales, le lissage des trésoreries des sociétés filles et l’application des régimes fiscaux permettant de réduire son imposition.

À noter que la holding personnelle présente l’avantage d’être plus facilement maniable, du fait même de la présence d’un seul et même actionnaire. L’on retrouve alors moins de complication à l’heure d’une levée de fonds ou de financements.

Cette forme de holding peut également être facilement transformée en une holding traditionnelle en faisant entrer plusieurs associés.

Les inconvénients de la holding personnelle

Peu d’inconvénients réels accompagnent la création d’une holding personnelle. En effet, cette solution permet de profiter des mêmes avantages que d’autres holdings traditionnelles, avec, à la clé, de nombreux avantages en termes de prise de décision.

Le seul inconvénient majeur relatif à cette solution reste le manque de concertation entre les différents actionnaires (il n’y en a qu’un), ce qui peut représenter une surcharge de travail pour le seul et unique gestionnaire de la holding.

La fiscalité de la holding personnelle

La société holding personnelle permet de profiter des mêmes avantages fiscaux que les autres formes de holding traditionnelles. Existent alors, à la clé, de très nombreux dispositifs permettant de réduire substantiellement ses impôts, en profitant notamment de l’intégration fiscale et du dispositif mère-fille.

Vous en conviendrez, il existe ainsi de très nombreuses formes de holding aujourd’hui en France. Choisir avec précision le type de holding qui vous conviendra le mieux peut alors s’avérer périlleux, tant les avantages et les inconvénients de chaque type de holding diffèrent l’un de l’autre.

Pour cela, il est parfois indispensable de faire appel à un spécialiste de la gestion de patrimoine. Noun Partners, en sa qualité d’expert dans la gestion patrimoniale, peut vous accompagner pour identifier la meilleure forme de holding pour vous et vos activités.

FAQ sur les différents types de sociétés holding

Qu'est-ce qu'une société holding ?

Une société holding est une structure juridique conçue pour détenir des participations dans plusieurs entreprises, en centralisant la gestion et la prise de décision.

Quels sont les différents types de sociétés holding ?

Les types de holdings incluent les holdings de rachat, financières, familiales, bancaires, passives, actives et personnelles. Chaque type possède des caractéristiques et des objectifs spécifiques.

Quels sont les avantages d'opter pour une société holding ?

Les holdings offrent des avantages fiscaux, financiers et organisationnels, permettant un contrôle centralisé des entreprises, une facilitation des levées de fonds, et une optimisation fiscale grâce aux régimes mère-fille et à l'intégration fiscale.

Quels sont les inconvénients des sociétés holding ?

Les inconvénients peuvent inclure une complexité accrue en matière de gestion et de conformité fiscale, ainsi que des coûts opérationnels potentiels dus à la nécessité de gérer plusieurs entités.

Pour aller plus loin, consultez mon guide complet sur la holding, ou les articles suivants :

La SPFPL : holding en profession libérale.

Cet article vous a plu ?
Vous pouvez aller plus loin en réservant un appel pour vous aider à optimiser votre situation

Retrouvez-moi sur LinkedIn

4.9/5
consultation gratuite
Recevez 5 exemples d'optimisation fiscale
Pour réaliser +27k€ d'économie annuelle
Recevoir les exemples
8000 personnes reçoivent déjà mes conseils
Réservez un bilan patrimonial offert
Pour découvrir la stratégie patrimoniale la plus adaptée.
Réserver
En moyenne + de 400k de patrimoine additionnel pour mes clients.