Accompagnement dans la cession de pme

Quelle est la meilleure manière de céder une pme ? A qui vendre ?
Comment placer au mieux les produits de la cession de PME ? Votre PME est précieuse : préparez sa cession et réinvestissez son produit au mieux.

Accompagnement avant, pendant et après la cession de pme

Ingénierie et stratégies d’optimisation de la fiscalité en amont de la cession de PME

Bien avant la conclusion d’un contrat de cession d’une entreprise, certaines étapes dont l’évaluation du prix de cession est nécessaire. C’est ensuite en fonction des chiffres obtenus que nous pourrons débuter le calcul de la plus value.

La plus-value potentielle pourra faire l’objet d’une double fiscalisation : une première fois au niveau de l’entreprise (impôt sur les sociétés) et une seconde fois dans les mains du dirigeant (impôt sur le revenu). Heureusement, il existe certaines méthodes et stratégies d’optimisation de la fiscalité en amont de la cession notamment pour répondre à des questions comme quand opter pour le barème progressif ?

Vendre son entreprise tout en allégeant la taxation de la plus-value est donc parfaitement possible. Encore faut-il s’organiser méthodiquement en amont et prévoir une stratégie basée sur le temps long.

Concrètement, afin de réaliser une cession d’entreprise en vue d’une transmission patrimoniale, nous pourrions vous conseiller d’opter d’effectuer une donation avant cession. Ce procédé va vous permettre de purger la plus-value. De cette manière, vous pourrez éviter l’imposition sur la plus-value à l’impôt sur le revenu et les prélèvements sociaux que l’on applique généralement sur la quasi-totalité de la plus-value en question.

Ainsi, le chef d’entreprise peut optimiser la fiscalité de la cession de son entreprise en donnant tout ou partie des titres à ses enfants. Ce qui fait que vu que les titres prennent la forme d’un patrimoine pour la valeur de la donation, la vente s’effectuera sans plus-value, ce qui figera définitivement la valeur des titres ou des parts.

D’autres stratégies peuvent être envisagées au cas par cas toujours comme l’apport-cession ou le pacte Dutreil qui pourra être combiné avec d’autres dispositifs, rendant l'ingénierie encore plus performante.

Accompagnement stratégique avant la cession

Par où commencer ? En amont d’une opération de cession, de nombreuses tâches doivent être effectuées par un chef d’entreprise. Par exemple l’amélioration et l’optimisation de certains ratios d’exploitations de l’entreprise comme l’excédent brut d’exploitation (EBE), mais aussi la recherche de repreneurs et la pratique des négociations.

La plupart des dirigeants n’ont pas forcément le temps d’anticiper ces étapes permettant de mieux valoriser la société et d’anticiper les stratégies d’optimisation de la fiscalité de la cession.

Afin de mener à bien toutes ces étapes, il est important de se faire accompagner stratégiquement avant la cession.

Accompagnement stratégique pendant la cession

En ce qui concerne le déroulement de la cession en elle-même, le chef d’entreprise a besoin de soutien. En effet, à condition d’avoir un dirigeant expert en matière de négociations, l’idéal est de se faire accompagner dans le processus de vente.

Les enjeux émotionnels et financiers peuvent être très intenses lors d’une cession d’entreprise. Être accompagné.e par un expert, c’est la garantie de conserver le cap vers votre objectif, sans céder à la pression.

Comment préparer et optimiser la cession de pme ?

Bien avant la conclusion d’un contrat de cession d’une entreprise, certaines étapes dont l’évaluation du prix de cession est nécessaire. C’est ensuite en fonction des chiffres obtenus que nous pourrons débuter le calcul de la plus value.

On pourrait penser que le fait de transmettre une entreprise à un membre de sa famille signifie nécessairement le règlement d’une note salée aux impôts.

En effet, c’est souvent le cas. Il existe pourtant certaines étapes et solutions qui permettent de réduire fortement les coûts liés à la transmission d’entreprise. Le mécanisme que l’on appelle le Family Buy Out en est un parfait exemple.

Il combine 3 méthodes : la donation-partage, le pacte Dutreil, ainsi que la création d’une holding de rachat.

Ce système permet de réaliser des économies conséquentes, à condition néanmoins de le faire dans les règles de l’art.

En effet, il faudra respecter de nombreuses conditions strictes sous peine de se voir appliquer des frais de donation prohibitifs.

Stratégie de gestion et de remploi du produit la cession de pme

Recherches d’opportunités : dans quoi investir ?

Lorsque la vente d’une entreprise sera effective, son dirigeant bénéficiera de liquidités issues du

produit de la cession.

Ces liquidités pourront constituer une nouvelle base que le chef d’entreprise pourra utiliser pour partir à la recherche de nouvelles opportunités.

Où placer son argent ? Grâce à un réseau varié de partenaires, Noun Partners accompagne le dirigeant dans son placement de liquidités, notamment au travers de sociétés à acquérir, en France et à l’international.

Il existe de nombreuses possibilités niveau investissement. En effet, le chef d’entreprise peut décider d’investir dans l’immobilier. En d’autres termes, avec l’aide du produit de la cession, le chef d’entreprise pourra créer son propre fonds de retraite privé.

Ainsi il pourra acquérir des biens immobiliers locatifs afin d’obtenir un complément de revenus réguliers pour le restant de sa vie.

Il sera primordial en amont de choisir les stratégies d’investissement les plus optimales pour le dirigeant afin (i) de réduire la pression fiscale de ces revenus immobiliers et (ii) d’anticiper et d’optimiser la transmission de ce patrimoine afin de sécuriser son conjoint et ses enfants. Les frais de succession seront réduits permettant de transmettre plus de patrimoine à ses héritiers.

Placement financier : où placer son argent ?

Si vous êtes à la recherche d’une méthode et de solutions de réemploi des liquidités suite à la cession de votre entreprise, vous pouvez également effectuer des placements financiers, immobiliers et non cotés en bourse.

Pour ce faire, vous avez la possibilité de choisir entre la banque, les compagnies d’assurance ou des conseillers indépendants en gestion de patrimoine n’ayant pas de conflits d’intérêts. Quoi qu’il en soit, de plus en plus de personnes préfèrent opter pour des conseillers en gestion de patrimoine indépendants comme Noun Partners privilégiant une architecture ouverte de solutions financières et une rémunération à la performance.

Repreneur d'une entreprise, les leviers de la réussite

Trouver un repreneur

On distingue généralement six profils de repreneur : ingénieur, commercial, gestionnaire, investisseur, manager, technicien. Il est primordial, comme pour une offre commerciale, de rédiger une annonce de cession d'entreprise et d'identifier le canal de diffusion qui vous mettra en contact avec le maximum de candidats sérieux dans le laps de temps le plus court possible.

Pour le repreneur d'une entreprise, c'est une démarche longue qui peut-être déroutante, qui va vous engager en termes de temps et de coût, le repreneur et d'autres personnes (les cédants et les conseils). Il serait dommage de s'apercevoir en cours de route que votre projet n'est pas réaliste ou qu'il n'est pas fait pour vous ! Il n'est donc pas inutile de vous interroger sur le bien-fondé de votre projet, sur son adéquation avec vos aptitudes, vos contraintes et vos aspirations ainsi que sur sa faisabilité.

Reprise d'entreprise : quel montage juridique ?

Différentes configurations sont possibles, conduisant à plusieurs montage juridique pour la reprise d'entreprise.

Si vous reprenez une entreprise individuelle, vous ne pouvez reprendre que son principal actif que constitue son fonds de commerce.

Dans le cas d'une reprise d'une société, vous devrez choisir entre : reprendre son fonds (actif comptable) ou ses titres (actif et passif). La fusions acquisitions peut également être envisagée.

Selon l’option choisie, les conséquences juridiques, fiscales et financières seront différentes selon que l’on se place du côté du repreneur ou du côté du cédant. Par conséquent, ce choix est un élément majeur de la négociation qu'il vous faudra appréhender, le plus en amont possible.

Diagnostic et évaluation de l'entreprise cible

En amont pour effectuer les différents diagnostics, il est nécessaire de collecter un maximum d'informations sur l'entreprise.

Le diagnostic, à ne pas confondre avec l’audit, permet de s'informer progressivement sur l’entreprise, de collecter les informations nécessaires pour prendre la décision de poursuivre ou non votre projet, puis, dans le cas d’un avis favorable, d’approcher une première valeur d’entreprise afin de construire le business plan et de commencer à organiser le montage juridique et financier.

L'évaluation et la valorisation de la société n’est pas purement comptable. Elle doit également prendre en compte son potentiel et son capital immatériel, notamment humain.

Afin que l'évaluation soit pertinente, il convient de suivre une méthodologie en 4 étapes : collecte des informations, réalisation des diagnostics, retraitements économiques des actifs, projets et choix et application de différentes méthodes d’évaluation.

Protégez-vous de l'inflation en investissant dans l'immobilier sans contrainte de gestion
SImulation gratuite
Recevez 5 exemples d'optimisation fiscale
Pour réaliser +27k€ d'économie annuelle
Recevoir les exemples
8000 personnes reçoivent déjà mes conseils