Divorce et patrimoine : Que faire ? Comment partager les biens ?

Divorce : quelles sont les règles de partage des biens des époux ?

Le partage des biens des époux lors d'un divorce nécessite une expertise juridique approfondie. La question est d’autant plus délicate dans le cas du divorce du chef d’entreprise. Les règles de partage varient en fonction du régime matrimonial choisi par les époux : la communauté, la séparation de biens ou la communauté universelle.

Partage de biens et divorce dans le cadre de la communauté réduite aux acquêts

Dans le régime de communauté, le patrimoine des époux est constitué des biens propres de chacun et des biens communs acquis pendant le mariage. Les biens propres englobent les biens possédés avant le mariage ainsi que ceux reçus par donation ou succession pendant l'union.

Tandis que les biens communs englobent les actifs acquis pendant le mariage tels que les revenus, salaires, et indemnités de rupture.

Le partage des biens lors du divorce implique que chaque conjoint conserve ses biens propres, tandis que les biens communs sont répartis équitablement entre eux.

La procédure de liquidation permet d'évaluer la valeur globale du patrimoine, y compris les dettes, afin de déterminer les parts respectives de chaque conjoint.

Idéalement, un partage équitable en valeur s'opère, considérant l'ensemble des actifs tels que biens mobiliers, biens immobiliers, liquidités, etc.

Si une répartition équitable n'est pas réalisable, l'ex-conjoint recevant une part plus importante est tenu de dédommager financièrement l'autre partie pour compenser la disparité. L'objectif étant de garantir une répartition juste et équitable des biens lors du divorce.

Partage de biens et divorce dans le cadre de la séparation de biens

Dans le régime de séparation de biens, chaque époux conserve la propriété de ses biens personnels acquis avant ou pendant le mariage. Les biens indivis, détenus en commun par les deux conjoints, doivent être partagés de manière équitable.

La liquidation du régime de séparation de biens implique l'identification de la propriété et de la part de chaque conjoint sur les biens en indivision.

À cette fin, le notaire procède à l'établissement des comptes d'indivision, prenant en compte les dépenses assumées par un seul conjoint (comme les impôts, travaux, charges de copropriété) et les revenus perçus par un seul conjoint (comme les loyers).

Parallèlement, le notaire procède à l'évaluation des créances éventuelles entre les époux, telles que la créance d'un conjoint ayant financé le bien personnel de l'autre conjoint.

Cette démarche vise à garantir une répartition équitable des biens et des obligations lors d'une séparation ou d'un divorce, en préservant les droits et intérêts légitimes de chaque conjoint.

Partage de biens et divorce dans le cadre de la communauté universelle

Dans la communauté universelle, le patrimoine des époux se compose de l'ensemble de leurs biens, qu'ils soient mobiliers ou immobiliers, acquis à n'importe quel moment.

Les biens propres par nature restent la propriété personnelle de chacun des conjoints. Les époux sont conjointement responsables des dettes présentes et futures.

La procédure de partage implique une liquidation, visant à évaluer la totalité du patrimoine des époux, y compris les dettes, en vue de déterminer les parts respectives. Durant cette étape, chaque conjoint récupère ses biens propres, tandis que les biens communs sont partagés équitablement, sauf indication contraire dans le contrat de mariage.

Les dettes sont également partagées à parts égales. En cas d'impossibilité de partage équitable, l'ex-conjoint recevant une part plus importante doit dédommager financièrement l'autre ex-époux.

Procédure de divorce, quel impact concret sur votre patrimoine ?

Les questions qui se posent en ce qui concerne le divorce et le patrimoine sont nombreuses. Voici celles qui reviennent le plus souvent :

Comment la procédure de divorce peut-elle affecter mon patrimoine ?

La procédure de divorce peut avoir un impact significatif sur votre patrimoine. Les biens acquis pendant le mariage sont généralement considérés comme biens communs et doivent être partagés équitablement entre les époux.

Cela peut inclure des biens immobiliers, des comptes bancaires, des investissements, etc.

Votre patrimoine peut être réduit suite au partage des biens communs lors de la liquidation.

Que se passe-t-il avec mes biens propres pendant le divorce ?

Vos biens propres, c'est-à-dire les biens que vous possédiez avant le mariage ou ceux reçus par donation ou héritage pendant l'union, vous seront généralement restitués. Ils ne sont pas sujets au partage lors du divorce et restent votre propriété personnelle.

Dois-je partager mes dettes avec mon conjoint pendant le divorce ?

Oui, pendant le divorce, les dettes contractées pendant le mariage sont généralement partagées entre les époux. Cela peut inclure des prêts, des factures, ou des dettes fiscales. Les conjoints sont conjointement responsables de régler ces dettes, sauf disposition contraire dans un contrat de mariage.

Comment est déterminée la part de chacun lors du partage des biens communs ?

La répartition des biens communs est établie lors d'une liquidation du patrimoine. Un notaire ou un avocat évalue la valeur totale des biens communs et des dettes. Ensuite, les biens sont divisés de manière équitable entre les époux, soit à parts égales, sauf s'il existe un accord différent ou un contrat de mariage spécifique.

Que se passe-t-il si nous ne parvenons pas à trouver un accord sur le partage des biens ?

Si un accord à l'amiable n'est pas possible, un tribunal peut être sollicité pour décider du partage des biens. Dans ce cas, le juge prendra en compte divers facteurs, y compris la contribution financière et non financière de chaque conjoint, dans le but de garantir une répartition équitable des biens.

Comment protéger mon patrimoine avant un divorce ?

Pour protéger votre patrimoine avant un divorce, il est conseillé de consulter un cabinet de conseil financier spécialisé en droit de la famille. Des accords prénuptiaux ou post nuptiaux peuvent être établis pour définir le statut des biens avant ou pendant le mariage, clarifiant ainsi les droits de chaque conjoint en cas de divorce.

Quel est l'impact fiscal du divorce sur mon patrimoine ?

Le divorce peut entraîner des conséquences fiscales importantes. Le partage des biens et des dettes peut avoir des implications fiscales spécifiques pour chaque conjoint, notamment en matière d'imposition sur les plus-values, les pensions alimentaires, et les crédits d'impôt. Consultez un expert en fiscalité pour comprendre ces implications.

Quelles solutions pour protéger votre patrimoine en cas de divorce ?

Assurer la protection de votre patrimoine lors d'une procédure de divorce requiert une approche stratégique et professionnelle. Plusieurs solutions s'offrent à vous pour garantir une sécurité financière adéquate pendant cette période délicate. Voici quelques mesures clés pour protéger son entreprise en cas de divorce.

Sélection soigneuse du contrat de mariage

La rédaction d'un contrat de mariage sur mesure, en collaboration avec un avocat spécialisé en droit de la famille, vous permet de définir les modalités de partage des biens en cas de divorce. Cette démarche permet de protéger vos biens personnels et de garantir une gestion transparente des biens communs.

Mise en place d'une structure juridique solide pour votre entreprise

Si vous êtes chef d'entreprise, opter pour une structure juridique appropriée, telle qu'une société par actions ou une LLC, peut limiter votre responsabilité personnelle et protéger les actifs professionnels de toute saisie lors d'un divorce. Consultez à ce propos ce qui se passe pour une holding en cas de divorce. Vous devez impérativement distinguer clairement vos biens personnels de vos biens professionnels afin de préserver votre patrimoine d'entreprise.

Protection des relations professionnelles avec les tiers

En tant que dirigeant, séparer clairement vos relations professionnelles de vos affaires familiales est un impératif. Établir des protocoles solides pour éviter tout conflit d'intérêt assure une gouvernance saine et protège votre patrimoine professionnel.

Distinction des finances personnelles et professionnelles

Maintenez des comptes bancaires distincts pour vos finances personnelles et professionnelles afin de faciliter l'évaluation précise de vos actifs et dettes lors de la liquidation. Cette séparation garantit également une meilleure protection de votre patrimoine.

Divorce et patrimoine significatif : que se passe-t-il ?

Lorsque survient un divorce impliquant un patrimoine substantiel et des parts sociales détenues dans une entreprise, des enjeux financiers de taille se profilent. Face à cette situation complexe, divers scénarios peuvent être envisagés pour gérer les questions délicates des parts sociales en cas de divorce du chef d’entreprise.

Partage équitable des parts sociales

Dans cette approche, les parts sociales détenues par l'un ou les deux conjoints sont réparties de manière équitable entre eux, tenant compte des contributions respectives au sein de l'entreprise. Cette démarche peut être le fruit d'un accord amiable ou être décidée par un tribunal en cas de désaccord.

Compensation financière et rachat des parts sociales

Un conjoint peut racheter les parts sociales de l'autre en proposant une compensation financière équivalente à leur valeur réelle, ou en échangeant d'autres actifs. Cette option nécessite une évaluation précise de la valeur de l'entreprise, réalisée par un expert financier qualifié.

Vente des parts sociales

Si les conjoints optent pour une dissociation complète, la vente des parts sociales à un tiers acquéreur peut être envisagée. Il est alors nécessaire de procéder à une évaluation minutieuse des parts sociales par un expert financier indépendant afin d’établir un prix juste et faciliter la transaction.

Comment se déroule une procédure de partage des biens en cas de divorce ?

La procédure de partage des biens lors d'un divorce est intimement liée au régime matrimonial sous lequel le couple était marié. Comment le notaire liquide-t-il le régime matrimonial ? Ce régime définit les droits et les obligations des époux ainsi que la répartition de leurs biens patrimoniaux.

Afin d'amorcer la procédure, le notaire recueille des informations exhaustives auprès des conjoints pour dresser un inventaire chiffré complet de leurs actifs et de leurs dettes. Cette étape permettra de déterminer les parts respectives de chaque époux, en fonction du régime matrimonial en vigueur.

Liquidation dans le régime de la communauté de biens réduite aux acquêts

Dans ce régime, chaque conjoint conserve ses biens propres, acquis avant le mariage ou reçus par donation ou succession. En ce qui concerne les biens acquis pendant le mariage, tels que les meubles, les comptes bancaires, les propriétés, chaque époux a droit à une moitié.

Liquidation dans le régime de la séparation de biens

Sous ce régime, les époux récupèrent leurs biens personnels respectifs, ainsi que leur part respective des biens détenus en indivision. Chacun demeure propriétaire et gestionnaire de ses actifs de manière indépendante.

Liquidation dans le régime de la participation aux acquêts

Dans cette configuration, les biens personnels de chaque époux restent leur propriété respective. Cependant, les acquêts, correspondant à la différence entre le patrimoine initial et final du couple, seront partagés à parts égales.

Toutefois, l'application de ces règles peut être complexe car les époux ne respectent pas toujours une stricte séparation de leurs patrimoines, en mêlant parfois des fonds personnels pour acquérir des biens communs. D’où l’utilité de prévoir en amont les dispositions à prendre pour une entreprise en cas de divorce.

Divorce et procédure notariale, que devez-vous prévoir ?

Si les conjoints optent pour un divorce par consentement mutuel sans juge, une convention est établie par acte sous seing privé, signée par les deux époux et contresignée par leurs avocats respectifs. Cette convention doit obligatoirement comporter l'état liquidatif du régime matrimonial, qui précise la répartition des biens entre les époux. Pour ce faire, l'intervention d'un notaire spécialisé est utile pour trouver des solutions équilibrées préservant les intérêts de chaque partie. Dans le cas où la liquidation concerne des biens immobiliers soumis à publicité foncière, la présence du notaire est impérative, conformément à l'article 229-3 du code civil.

À quel moment sont faites les opérations de liquidation et de partage ?

Dans le cadre des divorces contentieux, l'article 252 du code civil exige que la demande introductive d'instance inclut une proposition de règlement des intérêts pécuniaires et patrimoniaux des époux sous peine d'irrecevabilité. En outre, le Juge aux affaires familiales peut désigner un notaire pour élaborer un projet de liquidation du régime matrimonial et de formation des lots à partager lors des mesures provisoires.

Quels documents fournir au notaire pour préparer le partage ?

Afin de préparer le partage, le notaire sollicitera divers documents tels que :

  • la carte d'identité et le livret de famille ;
  • le contrat de mariage ;
  • les relevés bancaires ;
  • les charges de copropriété ;
  • les emprunts en cours avec leurs tableaux d'amortissement ;
  • les titres de propriété des biens immobiliers avec leur évaluation par un professionnel ;
  • les contrats d'assurance-vie ;
  • les avis d'impôts locaux et sur le revenu ;
  • les actes d'achat des biens professionnels ;
  • ainsi que les deux derniers bilans.

Quel est le coût du partage des biens en cas de divorce ?

En cas d'acte écrit de partage, notarié ou non, des droits de partage de 1,1% (depuis le 1er janvier 2022) seront perçus sur la valeur des biens à partager, déduction faite du passif. Lorsque l'acte est établi par un notaire, des frais supplémentaires sont également à prévoir : ils comprennent les émoluments proportionnels à la valeur des biens partagés, une contribution de sécurité immobilière, ainsi que des frais pour les formalités accomplies par le notaire.

Divorce et patrimoine : Conclusion

Quelle que soit votre situation professionnelle, vous devez protéger votre patrimoine en cas de divorce. Des solutions adaptées peuvent être mises en place en amont, pour atteindre cet objectif afin de prévenir tout risque de perte financière.

Pour bénéficier d'une expertise professionnelle et personnalisée, réservez une consultation dès à présent avec Noun Partners votre cabinet de conseil financier indépendant.

Cet article vous a plu ?
Vous pouvez aller plus loin en réservant un appel pour vous aider à optimiser votre situation

Retrouvez-moi sur LinkedIn

4.9/5
consultation gratuite
Recevez 5 exemples d'optimisation fiscale
Pour réaliser +27k€ d'économie annuelle
Recevoir les exemples
8000 personnes reçoivent déjà mes conseils
Réservez un bilan patrimonial offert
Pour découvrir la stratégie patrimoniale la plus adaptée.
Réserver
En moyenne + de 400k de patrimoine additionnel pour mes clients.